En 2022, les RENDEZ-VOUS DE LA MATIERE+FAIR(E) ont invité l’agence hollandaise à la renommée internationale MVRDV à dessiner les modules des exposants. Accompagnée par l’architecte Sophia Goigoux-Becker, l’agence MVRDV propose au sein de l’Atelier Richelieu une scénographie éco-responsable et durable offrant une lisibilité de l’espace aérée, avec comme objectif premier de valoriser les matières des exposants.

© Sophia Goigoux-Becker

Le mot de Bertrand Schippan, associé au sein de l’agence MVRDV, directeur Studio Francophone

Nous avons conçu le module en tentant de requestionner la logique du stand, la logistique et la compacité de son transport pour limiter les émissions de carbone et utiliser des matériaux recyclés donc plus durables.

Nous avons travaillé avec des entreprises pour élaborer un système de panneaux avec des tailles standards qui permettent une multitude de combinaisons possible. Les stands sont composés de modules, des panneaux de belles dimensions allant jusqu’à 180 cmx par 90 cm, offrant un catalogue de possibilités fourni aux exposants. Les éléments sont très fins et s’emboîtent par des encoches. Cela permet aux exposants de choisir la configuration qu’ils souhaitent mettre en place par rapport à leur produit.

Les modules permettent aussi de créer du mobilier, des chaises et des bancs par exemple. Selon une logique très simple, nous ne créons donc pas un mobilier unique, mais des dizaines. Les exposants choisissent le mobilier ou la composition qui leur convient.

© Sophia Goigoux-Becker

Le mot de Sophia Goigoux-Becker, architecte et scénographe

Au centre de chaque salle, un espace laissé libre invite à la convivialité et favorise les échanges.
Les stands sont répartis en périphérie. 
Cette lisibilité de l’espace permet aussi au visiteur d’avoir suffisamment de recul pour voir tous les stands. Afin d’éviter la surcharge et de ne pas saturer le regard, les exposants limitent leur sélection d’artefacts. Les espaces interstitiels entre deux stands sont végétalisés, telle une frontière visuelle. Le fait de ne pas être dans une signature trop marquée permet de laisser ressortir le sujet de l’exposition : la matière.